Wejdene : la chanteuse critiquée par les défenseurs de la cause animale

10 novembre 2020 à 10h26 par Adeline ROCHA

La chanteuse a une fois de plus créé le buzz avec la sortie de son dernier clip, mais elle a aussi suscité les critiques pour s'être mise en scène aux côtés d'un ours

RADIO ECN

Plus de 1,4 millions de vues en 24h sur Youtube avec le clip de "16" sorti dimanche dernier. Wejdene a toujours autant de succès depuis son incroyable ascension il y a quelques mois à peine! Dans ce nouveau single, Wejdene évoque les moqueries et les railleries qu'elle a subies lorsqu'elle essayait de percer dans le milieu de la musique. La jeune femme a cru à son rêve et connaît aujourd'hui le succès avec son premier album. Mais le clip qui accompagne le single a aussi suscité la colère des défenseurs de la cause animale...la jeune femme s'affiche aux côtés d'un ours noir dressé, et pire encore, elle semble porter un manteau en vraie fourrure ! De quoi alerter plusiuers associations et collectifs qui oeuvrent contre la maltraitance animale. PETA France réagissait notamment sur les réseaux sociaux indiquant sur Twitter avoir contacté l'artiste "pour l'informer sur la souffrance des animaux captifs". "Nous espérons qu’entre elle et l’exploitation des animaux en captivité, c’est terminé, c’est fini!". "Les animaux sauvages utilisés dans l’industrie du spectacle subissent de terribles maltraitances physiques et psychologiques. Ils souffrent lorsqu’ils sont arrachés à leur mère à un jeune âge, confinés et dressé par la menace, la privation et les coups", a rapellé PETA France dans un second tweet. De son côté la Fondation Assistance Aux Animaux (FAA) a aussi partagé l'extrait du clip où Wejdene apparaît avec l'ours et vêtue de vraie fourrure, commentant "pourquoi avoir choisi un ours captif et dressé dans votre dernier clip ? Les générations futures sont sensibles à la cause animale et votre public en fait partie. Et c'est avec des images comme celles-ci que la maltraitance animale est banalisée ! ". Wejdene n'a pas encore réagi à ces propos.